Saint Stanislas de Cracovie (+1079)

Martyr. « Sois et glorifie (Dieu) » s’exclama son père à sa naissance, d’où l’origine de son nom. Celui qui le porta devait glorifier Dieu par toute sa vie. Après ses études à Cracovie et à Gniezno, il part durant sept années pour les compléter chez les bénédictins de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Il noue ainsi des liens particuliers entre l’Eglise de Pologne et l’Eglise de France. C’est à Paris qu’il découvre la réforme de Cluny qui germait à peine. De retour en Pologne, il devient le prédicateur infatigable de cette réforme. A 36 ans, il est élu évêque de Cracovie. Il aime ses prêtres et, chaque année, il tient à rendre visite à chacun d’eux. Soucieux de la foi de l’Eglise de Pologne, alors à peine centenaire, il n’hésite pas à rappeler à l’ordre le roi Boleslas dit le Cruel, débauché sans vergogne. L’évêque l’excommunie et lui interdit l’entrée dans les églises tant qu’il ne se sera pas repenti. Cela lui vaudra le martyre. Le roi en personne l’égorge au pied de l’autel alors qu’il célébrait la messe. Ainsi glorifie-t-il Dieu une dernière fois. Il est le patron de la Pologne.

Il s’est battu pour la justice, ne cédant pas au roi furieux. Comme un soldat du Christ en armes, il défend à lui seul, le peuple outragé.

(Hymne polonais en son honneur)

Si vous avez le souci de sauver votre âme, vous devez écouter mes conseils. C’est l’unique moyen de vivre en paix avec Dieu et de régner glorieusement sur vos sujets.

(Saint Stanislas au roi Boleslas)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).